//
vous lisez...
Le Libre, Liberté

Liberté et brevets : Ubuntu et Debian jouent-ils avec du feu ?

Comme beaucoup d’utilisateurs libres de dernière heure, j’ai commencé mon aventure GNU/Linux avec Ubuntu, avant de cotoyer Debian. Seulement, depuis le début, je me pose des questions sur l’attitude des développeurs d’Ubuntu sur la question relative à l’usage exclusif des logiciels libres mais aussi (cela vaut aussi pour Debian) la question relative aux brevets logiciels.

Que du libre

Que ce soit Debian ou Ubuntu, ils ont chacun pris librement l’engagement à fournir des logiciels libres à leurs utilisateurs(*). Seulement, il semble qu’ils n’arrivent pas à se passer de certains logiciels propriétaires, entre autres des pilotes de matériel.

Il faut se poser la question de savoir ce qui nous relie en tant que communauté. Est-ce la passion seule de l’informatique ou la liberté des logiciels ? Cette question je la trouve importante, parce que si la passion seule de l’informatique est notre préoccupation, nous nous serions contenté d’utiliser, voire, pirater des logiciels non libres. Puisque qu’il est difficile de choisir l’usage exclusif les logiciels libres dès lors qu’on a pas déjà une certaine passion pour l’informatique et que nous ayons tous fait ce choix, le lien qui nous soude reste le désir d’avoir des logiciels dont l’usage ne serait pas restreint pas une personne, fût-elle physique ou morale. Dans ce cas, lorsque des personnes se portent garant pour offrir un tel environnement, dans lequel il n’y a que du libre, elles devraient ne fournir que des logiciels libres.

Si ces distributions étaient vendues où étaient détenues par des sociétés commerciales comme Mandriva, j’aurai compris l’intégration des logiciels non libres dans la distribution, même si cela ne serait pas une excuse. Mais, il me semble plutôt que Debian et Ubuntu sont des distributions gratuites, essentiellement financées par des dons. Dans ce cas, d’où vient cet acharnement à les voir fonctionner à tout prix ? Surtout celui de l’intégration des logiciels non libres ?

S’il est normal que le travail abattu doit porter ses fruits, il me semble alors que Debian et Ubuntu passent à côté de l’objectif qui n’est pas que de fournir une distribution Gnu/Linux, mais surtout une distribution Gnu/Linux libre. Par ailleurs, l’intégration dans ces distributions du logiciel "vrms" semble être pour moi une auto-accusation de la part de ces derniers du non respect de leur engagement.

De la question des brevets

Combien de fois des logiciels libres, généralement de distributions, ont été sous une menace de plainte pour violation de brevet ? Si sans avoir utilisé directement des outils soumis à des brevets des tels menaces ont plané parce qu’un concept breveté aurait été utilisé, il est plus dangereux d’utiliser par exemple les implémentations dites libres de .Net que nous offrent Novell avec sa plate forme Mono(pole ?). Richard Stallman en a parlé(en), et de toutes les façons, il n’est pas nécessaire que ce soit forcément lui qui en parle pour que nous en comprenions le danger. Nous nous sommes tous engagés à produire et à n’utiliser que des logiciels libres de leurs éditeurs. Cependant, les brevets soudent encore les logiciels à leurs éditeurs, et peu importe la licence libre appliquée, vous perdez votre liberté en les utilisant. Leurs éditeurs prennent de l’avantage car même s’il n’est pas possible de poursuivre tous les utilisateurs d’un logiciel violant un brevet, au moins la menace de le faire constituera du FUD auquel on est pas toujours vacciné.

Le fait de mettre en garde contre de tels dangers, qui sont réels, ne devraient pas être pris pour de la paranoïa. Et même si c’est le cas, si la crainte est justifiée, il faut rester prudent. Une entreprise commerciale vit de ses bénéfices et essaie de tout mettre en sa faveur pour en avoir davantage. Dans un atmosphère ou le logiciel libre est une réelle menace pour les éditeurs de logiciels non libres, il vaut mieux prendre ceux-ci comme des ennemis potentiels.

Même s’il était prouvé que Microsoft n’attaquera jamais personne pour l’usage de brevets liés à .Net, le fait qu’il disposera toujours de ce droit constitue un danger permanent. Et il vaut mieux rester dans l’abri. Sinon, le contraire signifirait seulement prendre un risque.

Sur cette question, Ubuntu et Debian font encore un mauvais pas, en intégrant des logiciels "Mono-dépendant" dans leur distribution.

Si la récente promesse de Microsoft, qui déclare ne pas poursuivre ceux qui "‘conçoivent, utilisent, vendent, importent ou distribuent toute implémentation’ basée sur les technologies couvertes par cette licence très particulière."(Voir le Monde informatique) concerne pour l’instant C# seulement, je pense qu’il n’y a pas grand sujet de joie, parce que ça ne nous fait pas beaucoup avancer sur la question de Mono qui n’est pas couvert par ladite licence. Quitte aux développeurs des logiciels litigieux (Tomboy, FSpot etc.) d’utiliser les implémentations libres de C#, comme en parle Richard Stallman dans l’article ci haut cité.

En outre, le danger des brevets  s’est manifesté ouvertement dans le cas récent de l’implémentation des balises multimédias pour la spécifications de HTML5 (voir l’article de Tristan Nitot sur la question) devant être prochainement publiées. Et ceci constitue un danger réel pour Internet dont la survie dépend des standards ouverts, surtout à l’heure où des technologies qui brillent sans être de l’or, comme Adobe Flash, verrouillent progressivement des plus en plus de tronçons de l’autoroute de l’Internet (voir à ce sujet les articles  : Trop de Flash sur l’autoroute du Net (Framablog) et  The web is hackable (en – Standblog)).


* Sur la page d’accueil de Debian on peut lire ceci : "Debian est un système d’exploitation libre…". En outre, on peut lire sur la page d’accueil d’Ubuntu "Ubuntu CDs contain only free software applications; we encourage you to use free and open source software, improve it and pass it on". Sauf si par "software applications" ils veulent exclure les pilotes qui sont des logiciels systèmes. Mais ce sera tout de même un mensonge par omission.

About these ads

Discussion

26 réflexions sur “Liberté et brevets : Ubuntu et Debian jouent-ils avec du feu ?

  1. Salut !

    Je partage ton opinion. Mais aujourd’hui si Ubuntu veut faire une distribution user-friendly elle a plutôt intérêt a fournir à monsieur toutlemondequisenfoutdulibre des drivers Nvidia et du flash … C’est malheureux mais c’est comme ça. Après on peut utiliser Ubuntu ou Debian et utiliser seulement les dépots libres.

    Je pense que GNU/Linux a besoin d’utilisateurs afin que des grosses sociétés fournissent des drivers (imprimantes etc), malheureusement c’est rarement libre.

    Beaucoup d’utilisateurs ne comprennent pas les enjeux du libre.

    Cordialement

    Hybris

    Publié par Jérôme | 13 juillet 2009, 9:56  
  2. Hello, pas tout lut, simplement pour dire que avec ubuntu lors de l’installation ont peut choisir de n’installer aucune logiciel non libre!
    Sans compter les OS 100% libres comme gNewSense…

    Publié par zippy | 13 juillet 2009, 11:14  
  3. À la question « Est-ce la passion seule de l’informatique ou la liberté des logiciels ? » je ne peux répondre. Le monde n’est pas tout noir ni tout blanc. Donc d’entrée de jeux le reste de ton développement est faussé par l’hypothèse de base où on est forcément dans une catégorie ou l’autre ce qui n’est pas la réalité.

     «Nous nous sommes tous engagés à produire et à n’utiliser que des logiciels libres de leurs éditeurs. » -> Ah bon ? Pas moi ! SI je dois payer pour un logiciel dont j’ai besoin sous GNU/Linux, je le ferai (j’ai acheté Turboprint/Bibble).

    Pour conclure, il y a deux voies permettant aux distributions de se répandre et de porter la bonne parole. La voie intégriste, et la voie pragmatique. Bien évidemment Ubuntu a choisi le pragmatisme : il faut que la distribution fonctionne sur un maximum de matériel. Les gens ne doivent pas se prendre la tête avec le support de produits électroniques dont ils ne comprennent pour la plupart rien. Le succès est là, et cela n’entame en rien le monde du libre au contraire car Ubuntu tire avec elle l’ensemble du monde libre au milieu de la population.

    Concernant les brevets logiciels, les logiciels sous Mono sont AUTANT (je dirai peut être même moins vu la clarification qu’à fait Microsoft et l’engagement juridique qu’il a pris de ne pas attaquer) soumis à l’éventualité de poursuites que TOUS les autres logiciels. Donc il n’y a pas de raisons valables à supprimer les logiciels sous Mono. Chez Ubuntu cela fonctionne à la méritocratie, le meilleur logiciel de chaque catégories est utilisé par défaut. Si cela doit changer vous savez ce qu’il vous reste à faire, faire naitre un logiciel meilleurs encore :)

    Pour moi la voie empruntée par Canonical/Ubuntu est la bonne et sans trahir le monde du libre elle porte au mieux les intérêts du libre.

    Publié par Kagou | 14 juillet 2009, 8:05  
  4. "Ubuntu CDs contain only free software application"

    Les pilotes proprios ne sont pas sur le cd d’Ubuntu, donc leur déclaration est juste. C’est là la feinte, tu peux les télécharger depuis les dépôts, mais ils ne sont pas sur le cd.

    Publié par rafiii | 14 juillet 2009, 8:48  
  5. @ Jérôme : Je partage aussi ton avis qui entre toujours dans le cadre de ce que j’ai dit plus haut : qu’il faut faire le choix entre la liberté et l’utilisabilité. Et moi, je me réclame de ceux qui veulent le libre et le libre seul.

    @Zippy : Il est vrai qu’avec n’importe quelle distribution on peut obtenir des logiciels 100% libres, seulement, je me suis basé sur l’engagement d’Ubuntu et de Debian de fournir des logiciels libres, engagement qu’ils ne semblent pas respecter.

    @Kagou, je comprends ta réaction d’autant plus que dans l’article je n’ai pas explicitement fait mention des deux catégories d’utilisateurs dont il est question : de ceux qui veulent du tout libre et du reste. Mais le premier paragraphe de l’article parle d’utilisateurs libres, je pense que c’est assez suffisant pour comprendre le "nous". Et comme tu le dis, tu ne fais pas partie de ceux là. Peut être que tu as eu ton système après l’achat de ton matériel, mais moi cependant, je choisi le matériel en fonction de la disponibilité des pilotes libres. Et je ne refuse à personne le droit de choisir et d’être différent. C’est fondamental !

    A propos de l’intégrisme et du pragmatisme, je pense qu’il t’échappe encore la notion de la communauté tant omniprésente dans le logiciel libre. Un regard superficiel sur le logiciel libre produit toujours des conclusions du genre "qu’on aime Linux parce que c’est ‘mieux’ que tel ou tel autre, ou simplement parce que ce n’est pas tel ou tel autre". La communauté à laquelle je me réclame ne s’est pas basée sur ces considérations pour soutenir ce type de logiciels. à la base il y a les quatre libertés fondamentales défini par la FSF que je soutiens, et sans lesquels, je n’hésiterais pas de le dire, Linux ne serait pas le Linux que nous avons aujourd’hui.

    Donc, pour moi, quelqu’un qui ne tient pas compte de liberté des logiciels n’est pas différent d’une personne qui ne veut pas savoir si les oranges viennent d’un arbre ou du supermarché. Lorsqu’on parlera de l’écologie, il ne saura pas établir un lien direct avec ses oranges, et je ne serez pas étonné qu’il dise que la pollution, il s’en passe, tant que ça voiture roule, ou qu’il peut construire sa maison en bois. C’est pragmatique. Mais…

    Quant à la question de Mono et de C#, j’en parlé dans l’article, Mono, ce n’est pas Microsoft, c’est Novell, et c’est une implémentation non pas de C#, mais de .Net qui est un ensemble dont C# est un élément parmi tant d’autres. Si Microsoft fait une promesse concernant C#, .Net en général n’en est pas concerné, donc, Mono non plus. Et encore, l’entente de Microsoft et Novell sur Mono ne concerne que Novell et en principe pas d’autres éditeurs, et c’est la le hic ! La voie de Canonical attire peut être l’attention sur le logiciel libre, mais il en déforme la vision par son obsession au "it’s just work". Le jour ou quelqu’un qui ne sait du Libre que du Canonical goutera à un véritable système libre et se rendra compte du mal qu’il a à fonctionner sur certains matériels, il sera complètement désorienté.

    En outre, dès lors que les pilotes propriétaires sont inclus dans les systèmes GNU/Linux, les fabricants de matériels seront de moins en moins poussés à fournir des pilotes libres. Donc la voie de Canonical est mauvaise !

    @rafii : "Les pilotes proprios ne sont pas sur le cd d’Ubuntu". Vraiment ? Et le message "Des nouveaux pilotes propriétaires sont en cours d’utilisation" qui apparaissent sur des LiveCD c’est quoi ?

    Publié par gontcho | 14 juillet 2009, 3:01  
  6. Acheter un logiciel sous GNU/Linux à condition qu’il soit libre. Libre ne veut pas dire forcément gratuit.
    Je reste de l’avis de gonchot. Un utilisateur GNU/Linux doit garder une seule chose en tête, c’est la liberté du logiciel.

    Publié par Jérôme | 14 juillet 2009, 3:16  
  7. @gontcho: Tout le monde revient, et toi aussi, aux quatre libertés «fondamentale» tel que définie par la FSF. Mais en quoi la FSF représente l’autorité «suprême» pour définir une liberté «fondamentale» du logiciel libre? Je pense notamment aux gens de chez FreeBSD (et de la licence BSD en général) qui considère la GPL comme une licence non libre! Donc dépendament de la définition qu’on donne au logiciel libre un logiciel se retrouvera plus ou moins libre.
    Il n’existe pas de noir ou de blanc, et ceux se prétendant blanc comme neige simplement parce qu’ils adhèrent réellement aux quatre libertés de la FSF peuvent être considéré comme noir par un autre groupe qui adhère à une autre philosophie libresque.
    Partant de se constat il m’apparait clairement que Ubuntu et Debian n’adhère pas aux quatre liberté de la bien-pensante FSF, mais ça ne veut pas dire pour autant qu’ils ne sont pas libre, au contraire!

    Publié par zippy | 14 juillet 2009, 4:06  
  8. Bonjour,

    Voilà un article qui résume la difficulté de linux à s’implanter. Discours sectaire sur l’idéologie du libre.
    Je n’ai rien contre le libre, tant que ce n’est pas une obligation. Je m’arrange pour en utiliser un maximum, mais ça ne me choque absolument pas d’utiliser du propriétaire.
    Si un créateur de logiciel préfère utiliser un licence non libre pour vivre de son travail, pas de problème. C’est son droit. Et c’est mon droit d’apprécier son logiciel et de l’utiliser.
    Je pense qu’ubuntu a compris la voie à suivre pour convaincre Mr tout le monde de passer à linux, car ce dernier se contrefout de tout discours idéologique et veux simplement un système qui fonctionne.
    Ensuite, il aura tout le temps se comprendre l’idéologie du libre et de vouloir y adhérer ou pas.
    Ce qui m’a le plus poussé à passer à Ubuntu n’a pas été l’idéologie (enfin un peu quand même), mais surtout avoir un système stable et gratuit.

    Pierre

    Publié par Pierre | 14 juillet 2009, 4:40  
  9. Comme quoi, le libre, c’est avant tout la liberté de choisir. En voulant imposer aux autres notre vision de l’informatique, on peux finalement devenir comme ceux que l’on critique tant.
    Je me rapproche plutôt de l’avis de Kagou.

    Publié par Vince2panam | 14 juillet 2009, 4:47  
  10. "dès lors que les pilotes propriétaires sont inclus dans les systèmes GNU/Linux, les fabricants de matériels seront de moins en moins poussés à fournir des pilotes libres. Donc la voie de Canonical est mauvaise "

    pour moi canonical a pris la bonne voie, j’utilise linux depuis +/- 10ans se un jour je me vois dans l’impossibilité de jouer a ETQW (jeux non libre) par manque de driver 3D je suis prêt a revenir sous windows.
    Canonical a fait un compromis entre le libre et le non libre, a moi il me convient tres bien.

    "Compromis. Sorte d’ajustement d’intérêts divergents qui consiste à donner à chaque adversaire la satisfaction de penser qu’il a eu ce qu’il ne devait pas obtenir, et qu’il est privé de rien, sinon de ce qui lui était véritablement dû."
    [Ambrose Bierce]

    Ceci dit, je me pose une question….
    pourquoi ne pas suivre ta logique jusque au bout ? a quoi peut-il bien servir Wine dans un monde ou il n’y aura que du logiciel libre. Debian compte garder Wine dans ses serveurs ? parce que chez moi il ne sert qu’a exécuter des programmes bien propriétaires, trop propriétaires.
    a oui j ai oublier de vous dire je joue aussi a counter strik source :)

    je resume, la ou Richard Stallman me donne un sentiment d’etre exclu par le péché, Ubuntu me déroule le tapis rouge.

    Publié par ZZzzZzzz | 14 juillet 2009, 11:50  
  11. Bon article qui soulève un problème bien connu.

    Je voulais revenir sur cette phrase : "l me semble plutôt que Debian et Ubuntu sont des distributions gratuites, essentiellement financées par des dons."

    Je suis d’accord mais n’oublions pas que Canonial est un entreprise et que c’est elle qui "chapote" le développement d’Ubuntu. Et il ne se prive pas pour mettre des services comme ubuntu one qui sont qu’a demis-libre (Seul le client est libre mais c’est canonial qui gère les serveurs). Cette distrib fait du user-firendly, nous le savons tous et cela se vois sur leur road-map.

    Maintenant je suis beaucoup plus critique face à Debian qui se présente comme un puriste du libre. Eux ne sont pas une entreprise et se défendent d’avoir une distrib totalement libre. Ils est donc pour moi inacceptable d’intégrer des outils non libres à leur dépots.

    Si on veux faire du grand public (jeu, internet, bureautique) on utilise ubuntu et donc du propriétaire avec du libre, si on veux se spécialiser dans le libre on utilise Debian qui pour moi est un distrib moins accessible mais qui DOIT aller au bout de son raisonnement.

    Debian doit être cette distrib à vocation totalement libre car c’est pour moi la plus apte a montrer l’exemple.

    Donc oui debian doit faire attention. Mais pour moi ubuntu n’est déja plus dans la course de la distrib libre. C’est pour moi une distrib commerciale.

    Publié par Nico | 15 juillet 2009, 10:57  
  12. @ Gontcho : "Et le message “Des nouveaux pilotes propriétaires sont en cours d’utilisation” qui apparaissent sur des LiveCD c’est quoi ?"

    Comment as-tu fait pour les avoir? j’ai eu beau testé plusieurs versions d’ubuntu sur différentes machines, à chaque fois j’ai dû télécharger les pilotes (vidéos principalement), c’est long et rébarbatif.

    Publié par rafiii | 15 juillet 2009, 1:02  
  13. Ubuntu est une distribution GNU/Linux, alors que Canonical le veulent ou pas, c’est la philosophie du libre qui les a créée. C’est grâce au Libre qu’ils sont là. Et à mon sens ils se doivent de véhiculer les valeurs du monde libre. Maintenant, s’il décide de mettre du proprio pour satisfaire le grand public, je trouve cela mauvais pour le libre mais acceptable pour monsieurtoutlemonde. Ils vont nous dire et nous le répéter : "C’est bien le proprio, ça a le mérite d’être fonctionnel", tout le monde va commencer à le croire, et finalement, les utilisateurs qui étaient venu chercher la liberté dans GNU/Linux, repartent avec une vulgaire copie de Windows gratuite. Pourquoi sommes nous sous GNU/Linux ? Je pense que certains l’ont oublié.

    Les utilisateurs d’Ubuntu, qui sont-ils ? Ce ne sont peut-être pas des gens qui adhérent aux valeurs du Libre qui ont créer GNU/Linux…Peut-être possède t’il un Iphone qu’il synchronise avec itunes sous Wine ? Il parait qu’ils sont fort les utilisateurs d’Ubuntu.

    Publié par Jérôme | 15 juillet 2009, 1:51  
  14. @jérôme : Merci pour tes interventions

    @zippy : je n’ai jamais reconnu à la FSF une autorité "suprême" pour quoi que ce soit. J’ai simplement adhéré à ces opinions comme beaucoup d’autres, qui à mon avis, ont le mérite de percevoir les avantages de la liberté vis-à-vis des éditeurs de logiciels.

    @Pierre : le fait d’avoir des opinions et de les soutenir publiquement, ce n’est pas du sectarisme. Le sectarisme c’est quand on se coupe des autres. En adhérent aux idéaux de la FSF, nous choisissons librement un idéal tout en reconnaissant aux autres le droit d’avoir les leurs. Pour preuve, il existe sur internet une photo de RMS avec un logo BSD accroché à son polo !

    @ZZzzZzzz : tu as manqué le problème de fond qui n’est pas si Ubuntu marche ou ne marche pas, mais plutôt, s’il respecte ou non les idéaux du logiciel libre. Visiblement, il ne le respecte pas. Du coup, cela donne à certains l’impression d’être malpropres. Non, messieurs et dames, vous êtes libres de ne pas adhérer à ses idéaux mais ça ne change pas la réalité : Ubuntu ne les respecte pas. A propos de Wine, tu me devances, tout autant que Reactos, ce sont pour moi, du point de vue d’un défenseur de la liberté des logiciels, des machettes émoussées qui essayeraient de faire tomber un baobab !

    @Nico : Canonical est une entreprise commerciale, mais Ubuntu est un projet indépendant. Le fait qu’il ait comme donateur principal Canonical ne l’exempt pas du respect de ses obligations de fournir un système libre.

    @rafii : à propos du message, le dernier dont je me souviens me provenait d’un portable Acer et il s’agissait d’un truc qui avait un lien avec "Atheros" et du Hardware Abstraction Layer.

    @Tous : comme je le disais plus haut, le problème est qu’il y a deux catégories d’utilisateurs, ceux qui veulent du tout libre et ceux qui ne se préoccupe de cet aspect de choses. Et ces derniers ne comprennent pas ce qu’on reproche à un éditeur dont le système est censé être libre et qui, surtout, fonctionne bien. Le fonctionnement n’est pas le problème. La promesse non tenue !

    Le 15 juillet 2009 13:51,

    Publié par gontcho | 15 juillet 2009, 10:17  
  15. @gontcho: tu prêtant que Ubuntu ne respecte pas le Libre simplement parce que tu adhère à la philosophie libresque de la FSF. Il faudrait plutôt dire quelque chose comme: «Selon la philosophie de la FSF Ubuntu ne respecte pas le Libre» ce qui est tout à fait différent! Je pourrais par exemple dire que gNewSense (système d’exploitation officiel de la FSF) n’est pas Libre, n’est pas Libre selon la philosophie libresque de BSD!
    Ce que tu ne semble pas comprendre c’est que la philosophie libresque d’Ubuntu n’est pas la même que de la FSF. Elle suit sa propre voie avec sa propre philosophie libresque, et selon la philosophie libresque d’Ubuntu, Ubuntu est parfaitement Libre.
    Par contre pour Debian j’avoue que c’est moins évident.

    Publié par zippy | 16 juillet 2009, 1:22  
  16. Il n’existe pas de philosophie du libre propre à Ubuntu, je te défie de me le présenter. Ubuntu évolue dans la promotion des logiciels libres. Mais son système n’est pas libre. Ubuntu n’est pas un logiciel, c’est un ensemble de logiciels. Il peut y être inclus des logiciels sous BSD à l’intérieur, ça ne devrait rien déranger en principe. Seulement, que ce soit avec BSD ou avec la GPL, un binaire auquel on n’accède pas aux sources est propriétaire, donc n’a aucune chance d’être libre. Et Ubuntu inclu ce genre de binaires dans ses dépôts. Donc, Ubuntu publie des logiciels non libres et ne respecte pas la philosophie du libre dont l’élément de base est l’ouverture des codes sources.

    Le 16 juillet 2009 01:22,

    Publié par gontcho | 16 juillet 2009, 10:33  
  17. @gontcho: La tu y va fort! Pas de philosophie du libre chez Ubuntu! LOL quoi.
    Elle est très clairement expliqué ici: http://www.ubuntu.com/community/ubuntustory/philosophy
    Leurs philosophie explique aussi très clairement que les drivers sont une « exception » auquel la philosophie ne s’applique pas. Je résume: selon Ubuntu, pour faire du libre, il faut que les APPLICATIONS soient libre, pas les drivers. Ainsi Ubuntu respecte et a toujours respecter sa propre vision du libre.

    Qu’on soit d’accord ou pas avec la vision d’Ubuntu est un choix personnelle, mais dire «Ubuntu n’est pas libre» c’est carrément du FUD, il faudrait dire «Ubuntu n’est pas libre selon la FSF» ce qui est tout à fait vrai et connu, mais pas du tout la même chose. Ainsi au lieu de dire que gNewSense (l’OS officiel de la FSF) n’est pas libre je devrais dire «gNewSense n’est pas libre selon la philosophie de BSD», etc…

    P.S.: Ton lien vers la page d’accueil d’Ubuntu est brisé.

    Publié par zippy | 16 juillet 2009, 11:10  
  18. Bonjour,

    C’est bien ce que je disais, soit on désire que linux prenne plus d’ampleur, et là il faut arrêter de se quereller stérilement sur "il est libre selon telle définition de tel organisme mais pas selon telle autre".
    Soit on reste dans ce genre de discussion verbeuse et linux continuera de stagner à son niveau actuel. Windows aura le champ libre pour maintenir son monopole.
    Plus simplement, c’est la question de la démocratisation de linux qui est en jeux, la plupart des utilisateurs étant bien au dessus de tout ça.
    Rien n’empêche d’ailleurs d’avoir les deux, une distribution telle qu’ubuntu pour la démocratisation, et d’autres plus confidentielles pour les tenants purs et durs du libre. Tant que ces derniers ne jettent pas l’opprobre sur les autres !

    Pierre

    Publié par Pierre | 17 juillet 2009, 4:49  
  19. @Pierre: Mais bien souvent ce sont les gens qui aiment leurs distrib «pure» qui vont chialer sur les autres, pas le contraire. Et même pire, ça arrive assez souvent que ces gens ne veulent pas que les systèmes basé sur Linux se démocratisent :/

    Et aussi dire que si Ubuntu se démocratise pas Microsoft aura le champ libre c’est un peu gros. Aux USA par exemple Apple prend environ 10% du marché. Sans compter Google qui s’en vient.

    Publié par zippy | 17 juillet 2009, 5:14  
  20. @zippy
    "Et aussi dire que si Ubuntu se démocratise pas Microsoft aura le champ libre c’est un peu gros."
    Oui, c’est vrai, j’ai été un peu vite en besogne !

    Publié par Pierre | 17 juillet 2009, 6:29  
  21. Merci pour "la philosophie" d’Ubuntu n’est que celle de la FSF + celle de l’Open Source. Ils reconnaissent seulement qu’ils ne l’appliquent pas (leur philosophie) sur les pilotes. Donc, selon la philosophie d’Ubuntu, Ubuntu qui est une distribution, donc un ensemble de logiciel, n’est pas libre, parce que dans l’ensemble, il n’est pas conforme à la dite philosophie.
    Merci pour le lien brisé

    Publié par gontcho | 17 juillet 2009, 6:39  
  22. @gontcho: Peut-être que pour le moment Ubuntu n’est pas libre dans l’ensemble, même si il est TRÈS facile de le rendre totalement libre (une simple option à l’installation). Mais en lisant la philosophie j’ai l’impression (surtout avec le mot «currently») que cet état de chose n’est que «toléré» et dès que possible il y remédieront.

    Si l’ont veut taper sur des OS linux non totalement libre, il y à bien pire qu’Ubuntu, Xandros par exemple.

    Publié par zippy | 17 juillet 2009, 6:57  
  23. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Si j’ai critiqué Ubuntu et Debian, ce n’est pas à cause de leur popularité, c’est parce que je les utilise. Tout comme le noyau Linux, l’original, il n’est pas tout à fait libre et on n’est pas intégriste si on le dit. Seulement, la confusion règne tellement sur la notion du libre et "l’alter-Microsoftisme" que quand on dit d’une distribution qu’elle n’est pas libre, ça fait naître de la peur, du doute et de l’incertitude mais tous justifiés, contrairement au traditionnel FUD.

    Le 17 juillet 2009 18:57,

    Publié par gontcho | 17 juillet 2009, 7:08  
  24. Outch,

    Je viens de tomber sur le sujet, et même si j’ai raté le train je me doit de réagir. La question que tu pose est tout à fait censé, cependant il ne faut pas oublier que dans le cas précis de mono, le problème vient surtout de Gnome.

    Pour développer une appli pour Gnome, aujourd’hui tout ce que on te propose c’est de faire du bon vieux C des familles, avec un pseudo-emballage objet (GObject). On a déjà vu mieux. Surtout que là on parle application, pas librairie ou kernel, bref le choix du C ne se justifie en rien. Résultat : beaucoup de gens développe en python/gtk, perl/gtk, ruby/gtk et maintenant mono/gtk+

    Problème : tu te retrouve avec des perf dégueux parce que tu lance 4 appli, et tu as deux VM et trois interpreteur qui te mange de la RAM, et tu installe un méta-paquet Gnome-desktop et tu te descend 1Go de dépendance diverse et varié, souvent improbable (du genre libxml-ruby).
    Avec mono tu as aussi le problème super marrant du vide juridique que pose une implémentation libre d’un "standard" soumis à des brevets.

    Côté KDE, la question se pose pas : tout le monde fait du C++/Qt et apparemment quasiment personne ne se plaint. Bref il y a un gros problème côté Gnome….

    Publié par hem | 20 août 2009, 3:44  
  25. que tu le veuilles ou non, le matériel que tu as a disposition est le plus souvent fermé. Les drivers ne sont qu’une extension de ce matériel, et que les drivers soient libres ou non ne change rien au fait que le matériel soit fermé. Le logiciel propriétaire est une affare de confiance (aveugle), lorsque j’achète du matériel j’ai confiance dans la société qui le construit, et j’ai aussi confiance dans cette société pour avoir de bons drivers, libres ou pas. Si les drivers sont mauvais (libres ou pas) je n’achète plus de matériel de cette marque.

    En ce qui concerne Mono, j’en ai déjà assez discuté, j’ai juste a signaler que c’est un projet sous licence GPL V2 et MIT donc libre …

    Publié par Mathieu Comandon | 30 novembre 2009, 9:32  
  26. @Gontcho, Je suis sous Gnu/linux, car c’est stable, puissant, fonctionnel et "gratuit" ( On peut faire des dons pour ceux qui veullent "payer").
    sachant que dans une économie dite capitaliste rien n’est gratuit dans l’absolue.
    Ubuntu est une etape, et crois moi une fois que les gens "y mordent" ils viennent petit à petit vers l’univers du libre. Donc un big up à Ubuntu. Et merci pour ton ecrit.

    @Mathieu Comandon, Là je vois que monsieur connait l’électronique.
    Et oui le choix des composants, les cartes supports, l’architecture, sont en eux memes des "minis programmes" sur le materiel electronique. Donc le totalement libre je n’y crois pas, bon après les histoires de brevets etc… pour moi c’est rentrer dans le domaine de la finance, et là je sèche.

    Publié par MOMO | 14 janvier 2010, 11:27  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: